l'ostéoporose

Le conseil de la CFE

L'ostéoporose est responsable, en France, de plus de 130 000 fractures annuelles. On estime que près d'une femme sur 2 de plus de 50 ans sera victime d'une fracture ostéoporotique et près de 15 % des hommes de la même tranche d'âge. Quels sont les gestes à adopter ?

L'ostéoporose

 

Perçue à tort comme une conséquence inévitable du vieillissement, l'ostéoporose est pourtant une véritable affection qui touche plus de 250 millions de personnes dans le monde. L'ostéoporose est responsable, en France, de plus de 130 000 fractures annuelles : 35 000 touchent le poignet, 50 000 les vertèbres et 50 000 la hanche. On estime que près d'une femme sur 2 de plus de 50 ans sera victime d'une fracture ostéoporotique et près de 15% des hommes de la même tranche d'âge.

Qu'est-ce que l'ostéoporose ?

L'ostéoporose est caractérisée par une diminution de la masse osseuse associée à des altérations de l'architecture de l'os. Les travées osseuses deviennent plus fines, les os plus poreux et plus fragiles.

Il en résulte un risque accru de fractures touchant notamment les vertèbres, les poignets, le col du fémur mais aussi les autres éléments du squelette.

Les causes

Contrairement à une idée reçue, l'os n'est pas une matière inerte mais un tissu en perpétuel renouvellement. Ainsi notre squelette se renouvelle chaque année de 10%. Au coeur de ce processus de renouvellement osseux, on trouve deux types de cellules:

 Les ostéoclastes qui détruisent l'os ancien en y creusant des trous (résorption).

 Les ostéoblastes qui fabriquent l'os nouveau en comblant les trous "creusés" par les ostéoclastes (formation)

Au cours de la vie, la masse osseuse est soumise à trois grandes phases:

 Phase de croissance (de la naissance jusqu'à l'âge de 20 ans environ) : La formation prévaut sur la résorption. C'est la constitution du capital osseux de base.

 Phase stable jusqu'à une trentaine d'années : les deux phénomènes s'équilibrent.

 Phase de perte osseuse avec une perte progressive d'os de 0,5 à 1% par an. Chez les femmes, ce phénomène est accéléré par la ménopause.

Si au cours de la dernière phase, certains éléments viennent à manquer (calcium, protéines, vitamine D), l'os se reconstruit mal et devient fragile. Quand les apports sont vraiment insuffisants, la masse osseuse diminue sensiblement et l'ostéoporose se manifeste.

Les facteurs de risque

 L'âge et le sexe

L'ostéoporose liée à l'âge est la plus fréquente. Elle est deux à trois fois plus fréquente chez la femme, en raison de la privation hormonale post-ménopausique, qui favorise la diminution de lamasse osseuse et l'apparition de l'ostéoporose.

En effet, durant les 5 premières années qui suivent l'arrêt des règles, on estime que les femmes perdent 5 à 15% de densité osseuse, puis 2% par an ensuite. Mais l'ostéoporose liée à l'âge n'épargne pas l'homme, chez qui elle survient cependant à un âge plus avancé.

Passé la cinquantaine environ une femme sur trois et un homme sur huit en souffre. Cette proportion augmente avec les années puisqu'une femme sur deux est concernée après 75 ans.

 Les facteurs génétiques

Le capital osseux d'une personne semble être en partie déterminé par l'hérédité. Plus sa structure osseuse est légère, plus elle est susceptible de développer une ostéoporose. Les antécédents familiaux font partie des indices recherchés par un médecin lors d'un diagnostique d'ostéoporose.

 Un poids trop faible et un faible indice de masse corporelle (IMC)

Un faible poids peut aussi être à l'origine d'un risque accru d'ostéoporose puisque le tissu graisseux est capable de produire des oestrogènes (hormones féminines).

 L'origine ethnique

Les individus d'origine caucasienne (de type européen et asiatique) ont la densité osseuse la plus faible. Celle des personnes à peau noire est plus forte.

 Certaines pathologies

Elles peuvent multiplier les risques de fragilité osseuse. C'est le cas de certaines affections endocriniennes, de l'ostéogenèse imparfaite (fragilité osseuse génétique qui se manifeste dès l'enfance) et de certaines affections gastro-entérologiques.

L'ostéoporose peut aussi être induite par certains traitements : traitement à la cortisone, anti-épileptiques, ciclosporine (qui est un immunosuppresseur souvent utilisé chez les patients ayant subi une transplantation d'organe), héparine (anticoagulant naturel, fréquemment utilisé pour prévenir ou traiter la thrombose).

Symptôme et diagnostic

L'ostéoporose est une maladie asymptomatique une maladie silencieuse, c'est-à-dire qui ne présente aucun signe clinique spécifique : pas de douleur, pas de raideur, pas d'impotence fonctionnelle.

Aussi, il est difficile d'en faire le diagnostic au début de la maladie. Un des premiers symptômes est souvent une diminution de la taille (jusqu'à 10 cm) pouvant signifier la présence de fractures vertébrales et de tassements successifs. Mais la plupart du temps l'ostéoporose n'est diagnostiquée qu'à de l'occasion de fracture, les plus courantes étant celles de la hanche, des vertèbres et des poignets.

L'ostéodensitéométrie est l'examen de référence pour diagnostiquer l'ostéoporose. Cet examen radiologique aux rayons X mesure la Densité Minérale Osseuse (DMO) c'est-à-dire la quantité d'os à deux endroits donnés du squelette de préférence le col du fémur et le rachis lombaire. Il est indolore et dure environ 15 minutes. Le résultat de ce test est appelé le score T. Il se base sur une comparaison avec la DMO moyenne de jeunes adultes de même sexe et de même ethnie. Les résultats se classent en trois catégories :

 Densité osseuse normale: un score T égal ou supérieur à -1.

 Ostéopénie: (léger déficit de masse osseuse): un score T compris entre -1 et 2,5.

 Ostéoporose: un score T égal ou inférieur à -2,5.

Cette classification, établie par l'OMS en 1994, concerne essentiellement les femmes ménopausées caucasiennes. Ces valeurs sont moins fiables chez les hommes et les personnes d'autres ethnies.

À NOTER ! 
Cet examen simple et indolore dure moins de quinze minutes, parlez en à votre médecin traitant notamment si vous avez plus de 50 ans. Dans le cadre de la politique de prévention décidée par le conseil d'administration la caisse des Français de l'Étranger prend en charge l'examen de dépistage de l'ostéoporose. Le remboursement est effectué à 70% du tarif conventionnel sur présentation de la feuille de soins correspondante, accompagnée de la prescription médicale. Pour les dépistages effectués à l'étranger le remboursement est calculé sur la base des frais réels (coûts locaux) dans la limite des tarifs pratiqués en France soit 39,96 euros.

Prévention

Un certain nombre de mesures simples, à mettre en oeuvre dès l'enfance et tout au long de la vie, peut vous aider à conserver la santé et à prévenir l'ostéoporose.

Ayez une alimentation riche en calcium et en vitamine D, Lecalcium, indispensable à la formation des os, est contenu dans plusieurs aliments de consommation courante: le lait et les produits laitiers bien sûr, mais aussi l'eau minérale, certains légumes (cresson, épinard, fenouil, brocoli, haricot vert, chou vert) et poissons (sardines).

Apports conseillés en calcium en mg/jour:

- Enfants de 1 à 3 ans: 500>

- Enfants de 4 à 9 ans: 800>

- Adolescents de 10 à 18 ans: 1.200>

- Adultes: 900>

- Femmes de plus de 55 ans: 1.200>

- Hommes plus de 65 ans: 1.200>

- Femmes enceintes: 1.000>

- Femmes allaitantes: 1.000>

- Femmes après allaitement (autant de mois qu'il a duré): 1.000>

 

La vitamine C, essentielle au métabolisme du calcium, se trouve surtout dans les fruits et les légumes colorés et crus (poivron rouge, orange, citron, pamplemousse, framboise, fraise, brocoli, tomate, etc).

Apports conseillés en vitamine D, en micro grammes par jour:

- Nourrissons : 20-25

- Enfants de 1 à 3 ans: 10

- Enfants de 4 à 6 ans: 5

- Enfants de 7 à 9 ans: 5

- Enfants de 10 à 12 ans: 5

- Adolescents de 13 à 15 ans: 5

- Adolescents de 15 à 19 ans: 5

- Adulte: 5

- Personne âgée de plus de 75 ans: 10-15

- Femme enceinte: 10

- Femme allaitant: 10

 

Faites du sport
L'exercice physique est un facteur de prévention essentiel tout au long de la vie. La contraction des muscles exerce une traction sur les extrémités osseuses, ce qui a pour effet de stimuler l'os et de le renforcer. Tous les exercices ne sont cependant pas également bénéfiques : privilégiez ceux qui sont réalisés contre une résistance (avec des haltères ou des élastiques). Il est important de faire travailler les zones les plus sensibles, les jambes en particulier.

* Évitez le tabac et l'alcool, leur usage diminue l'assimilation du calcium.

N'abusez pas du café - Il augmente les pertes urinaires de calcium. Le maximum conseillé par les médecins est de deux tasses par jour.

Prenez le soleil - Une exposition au soleil de 15 minutes 3 fois par semaine (lorsqu'il n'y a pas de contre indication médicale) permet de synthétiser de la vitamine D.

Traitement

Le but essentiel d'un traitement est la diminution du risque de fracture. Des avancées médicales récentes ont permis d'améliorer considérablement la prise en charge de l'ostéoporose. Les médecins disposent aujourd'hui d'un arsenal thérapeutique varié : calcium et vitamine D, traitements hormonaux substitutifs, biphosphonates, SERM...

 Les suppléments en calcium et vitamines D

Employés pour prévenir l'ostéoporose, le calcium et la vitamine D sont également recommandés pour stopper sa progression. Ils sont le plus souvent associés à d'autres traitements lorsque l'affection est diagnostiquée.

 Les traitements hormonaux substitutifs

Le traitement hormonal substitutif (THS) est composé d'hormones sexuelles féminines de synthèse: oestrogènes, souvent associés à des progestatifs. Généralement prescrit dans les premiers temps de la ménopause, ce traitement vise à pallier le déficit en hormones féminines, principal responsable de l'ostéoporose.

Cependant, ce traitement est actuellement discuté car il exposerait, selon certaines études, à un risque accru de cancer du sein et d'accidents cardio-vasculaires. Il n'est donc plus indiqué en première intention, mais uniquement si la patiente présente une intolérance à un autre traitement.

 Les biphosphonates

Les biphosphonates sont des inhibiteurs de la résorption osseuse. Ils contrent l'activité des ostéoclastes et endiguent ainsi la destruction de l'os. Leur administration permettrait d'accroître la densité osseuse de 5 à 10% et de diminuer de plus de 40% le risque de fracture. Ils peuvent cependant entraîner certains effets indésirables (intolérance gastro-intestinale par exemple) et imposent de suivre des consignes de prise très précises.

 Les SERM (Selective Estrogen Receptor Modulator)

Ils possèdent la même action que les traitements hormonaux sur l'os mais n'entraînent pas d'augmentation du risque de cancer. Ils réduisent le risque de fracture vertébrale. Durant le traitement, il est important de continuer à mettre en oeuvre les mesures préventives (alimentation riche en calcium et en vitamines D, exercice physique).

 La prévention des chutes

L'ostéoporose accroît très fortement le risque de fracture, notamment du poignet et du col du fémur. Dans l'immense majorité des cas une simple chute suffit à fracturer le col. Prévenir la chute est donc indispensable, d'autant plus chez les personnes âgées dont les réflexes et la force musculaire sont diminués.

 Pratiquez régulièrement une activité physique, particulièrement des exercices de renforcement musculaire des membres inférieurs.

 Prenez des précautions de base dans votre habitat: suppression des défauts d'éclairage, des obstacles, des revêtements glissants de sol ou de salle de bain, des enchevêtrements de fils électriques ou téléphoniques au sol, etc.

 Surveillez votre vue: un contrôle de la vue régulier chez l'ophtalmologiste et le port d'une correction adaptée sont indispensables.

 Évitez les causes de somnolence ou de vertiges (médicaments, alcool).